Poke-Humioka

Forum hentai/yaoi/yuri sur le thème de pokémon ! NC-18ans
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tao Soann

avatar

MessageSujet: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Ven 1 Sep - 20:59

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Tao Soann

   « Les voyages forgent le caractère. »


   
     

  SURNOM : Petite tortue
  AGE : 20 ans
  SEXE : Féminin
  NATIONALITÉ : Alola, plus précisément l'île d'Akala. Elle est née dans la ville de Konikoni.
  ORIENTATION : Hétéro'
  ORIGINE : GUMI, de Vocaloid, dessiné par Matsunaka Hiro sur Zerochan
  MÉTIER Championne d'arène de Nacrate, spécialisée dans le type plante.
  ÉQUIPE:
Archéduc ; 30
Floramantis ; 25
Lampignon ; 25
Fragilady ; 25
  DOUBLE COMPTE ? Yep
     

     
   

MA MENTALITÉ

   
Du haut de ses vingt ans, le moins que l'on puisse dire c'est que Tao a déjà pas mal roulée sa bosse, acquérant une expérience et une maturité rare chez les gens de son âge. Grande adepte du voyage, et bien qu'elle ait exploré à peu près toutes les régions connues du monde, elle a tout de même décidé de se poser pour mener une vie plus tranquille et stable, même si elle profite de chaque instant de liberté pour se perdre dans les bois ou dans le safari.
Si elle fut jadis une enfant rebelle fuyant la surveillance des adultes, elle a désormais acquis une certaine tranquillité d'esprit. Plus calme et posée que jadis, elle reste animée d'une certaine fraicheur, d'une certaine innocence, qui lui permet encore de s'émerveiller des beautés de la nature. Elle sait se montrer souple d'esprit, ayant eu affaire dans sa vie à énormément de cultures différentes et de personnes variées.
Foncièrement bonne, elle ne peut pas s'empêcher d'intervenir lorsqu'une injustice est commise devant elle, ce qui lui a déjà causé du tors d'ailleurs. Elle est très attachée à ses amis, ses pokémons, et elle fera tout son possible pour les protéger. Ces derniers lui rendent bien la pareille d'ailleurs, et elle entretient donc une relations très privilégiée avec eux. Elle les considèrent moins comme ses pokémons que comme ses proches amis, voir sa famille d'un certain point de vue.
Elle entretien soigneusement l'une de ses passions, la préparation et la dégustation du thé, un loisir dont elle a hérité de son père mais qu'elle a malheureusement eu peu le temps de pratiquer lors de ses voyages. C'est donc avec un plaisir non dissimulé qu'elle retrouve la joie d'un bon thé soigneusement préparé et agrémenté.
Tao est encore un peu mal à l'aise lorsque le feu flambe, et elle a un certain a-priori contre les pokémons feu, même si son malaise est loin d'atteindre les dimensions phobiques qui lui pourrissaient la vie lorsqu'elle commençait à peine son tour des îles. Elle a néanmoins gardé le réflexe de s'éclairer à l'électricité, évitant autant que possible les feux de cheminée et les bougies.

   
MON HISTOIRE

   

Prologue

« Je suis navrée. Il y a eu... des complications. »

La pièce était plongée dans la pénombre. Le vent avait soufflé quelques bougies une bonne demie-heure plus tôt, mais personne ne s'était occupé de les rallumer. Tout le monde était bien trop occupé à s'inquiéter. La maîtresse de maison avait toujours en la santé fragile. Quand elle avait annonçé sa grossesse à son mari, elle rayonnait tant qu'il n'avait pas eu le cœur de lui conseiller d'abandonner son bébé, quand bien même la nouvelle avait suscité les plus vives inquiétudes en lui. Il avait veillé sur elle pendant toute la période de gestation, et son sourire lui avait donné espoir. Il avait eu l'impression qu'elle allait mieux, mais c'était le bonheur qui lui redonnait de l'énergie.Sur le dernier mois, tout avait empiré d'un coup.
Les contractions laissaient toujours la dame à bout de forces et tremblante, et elle avait passé ce dernier mois alitée, incapable de se nourrir correctement car son estomac se rebellait contre toute nourriture solide. Ce soir, soir de la délivrance... Il l'avait entendue crier, beaucoup, sans pouvoir entrer dans la chambre où s'affairait médecin et sage femme. Puis il avait entendu les vagissements d'un nouveau né, et les cris de sa femme s'étaient tus.

« Des complications ? Soyez plus claire. Est-elle...?
- Je suis navrée, monsieur. Madame n'aura pas survécu à la mise au monde... »

Les jambes tremblantes, le maître des lieux se leva lentement de sa chaise, les traits déformés par le chagrin. Il ne réalisait pas encore pleinement la nouvelle, aussi se dirigea-t-il d'un pas lent, anxieux, jusqu'à la chambre à coucher qu'il partageait avec sa femme et qu'elle n'avait pas quitté depuis un mois. Elle était là, étendue sur les draps, chacune des lignes de son magnifique visage crispé par la douleur de l'enfantement. Figés à jamais. Déjà la rigidité cadavérique s'emparait d'elle, et l'homme ne put que tomber à genoux à ses cotés et lui prendre la main. Aucune pression ne répondit à son geste.

Il pleura. Indifférent à ce qu'il se passait autour de lui, tout entier focalisé sur le corps sans vie de son aimée, il pleura tandis que les soigneurs nettoyaient son enfant, l'habillait, le nourissait de ses premières gorgées de lait. Il ne fut sorti de sa transe que lorsqu'une main vint se poser avec compassion sur son épaule. Alors seulement il leva les yeux pour découvrir, le surplombant, l'infirmière qui lui avait annoncé la nouvelle. Elle tenait un petit paquet dans les bras.

« Monsieur, il y a encore quelqu'un qui a besoin de vous dans le monde des vivants.
- C'est vrai... »

Sa voix était rauque d'avoir pleuré. Lentement, il se releva et prit dans ses bras le paquet de linges que lui tendait l'infirmière. Un bébé gigotait en son sein, ses petits doigts boudinés s'ouvrant et se fermant sur le vide. Calant le bébé sur son bras droit en suivant les conseils de l'infirmière, il glissa l'index dans la main de ce dernier. Les doigts ne faisaient même pas le tour de l'index. Un tout petit bébé...

« Est-ce une fille ou un garçon ?
Une fille, monsieur. Elle a besoin d'un nom... »

Le père libéra son doigt pour écarter l'étoffe qui cachait en partie la tête de la petite, afin de pouvoir l'examiner. Encore ridée, joufflue, les yeux fermés, on pouvait voir une petite touffe de cheveux verts très fins sur son crâne blanc. Il ressentit aussitôt un élan d'affection pour ce dernier héritage de sa femme. Il comprenait qu'elle l'ait aimée avant même de la mettre au monde.

« Tao. C'est le nom que nous avions choisi... Ensembles. »

Dehors, le vent se calmait.

*****

Époque un – Enfance

Tao n'était pas une enfant facile, et les débuts de son éducation furent loins d'être évidents pour le tout nouveau père. L'absence de sa femme lui faisait beaucoup de peine, et il n'avait jamais eu à s'occuper d'un enfant, aussi était-il totalement perdu. Heureusement, l'infirmière qui avait supervisé la naissance de la petite vint souvent lui rendre visite pour l'aider. Elle lui montrait comment maintenir sa fille propre, comment la nourrir sans la brûler et comment l'endormir. Soann seignor, de son prénom Akela, lui était reconnaissant de son aide, d'autant plus qu'il avait également son propre commerce à gérer. En effet, l'homme tenait un salon de thé à Konikoni, un travail qui lui prenait d'autant plus de temps que sa femme n'était plus là pour l'aider. Si l'échoppe était restée fermée pendant le dernier mois de grossesse de la défunte, il était tout de même du devoir d'Akela de subvenir aux besoins de ce qu'il restait de sa famille.

Bientôt une routine s'installa. Hana, l'infirmière, venait aider Akela et lui apprenait comment agir au mieux avec sa fille. Le veuf l’accueillait avec moult remerciements, et souvent ils buvaient le thé pendant que la demoiselle lui expliquait les ficelles de l'éducation d'un enfant. De son coté, Akela lui racontait l'histoire des îles, puisque l'infirmière, originaire de Kanto, s'était installée à Alola depuis peu de temps. Ainsi, il se sentait moins coupable de prendre autant de son temps. Tao dormait souvent non loin d'eux, et son sommeil était bercé de leurs conversations.

Peu à peu, Akela et Hana devinrent bons amis tandis que Tao grandissait, apprenait à marcher et à articuler ses premiers mots. La petite aimait sortir et plus elle poussait, plus souvent elle s'aventurait sur la plage ou dans les forêts non loin de Konikoni avec les autres enfants. Les autres parents veillaient volontiers sur la fillette, connaissant la délicate situation de son père. Elle passait le reste de son temps avec son père au salon de thé, le regardant préparer soigneusement ses boissons pour une clientèle toujours plus diversifiée. Bien qu'Akela ait appris d'Hana tout ce qu'il avait besoin de savoir, la jeune femme venait toujours prendre le thé le soir, et Tao s'incrustait à présent souvent dans les conversations. Ainsi, les deux adultes profitèrent de ce temps pour lui apprendre, à elle, les arcanes de la lecture et de l'écriture, sans parler de la délicate discipline du calcul et des mathématiques.

La fillette n'était pas la plus facile à vivre. Elle voulait sans arrêt sortir, visiter l'île, elle n'écoutait pas facilement ce que l'on lui disait, et s'échappait souvent de la surveillance des adultes pour se lancer dans de grandes aventures aux abords de Konikoni. Elle adorait jouer dans les bois, découvrir les pokémons qui y vivaient, les plantes... Ce lieux lui plaisait car la pénombre lui permettait de se cacher facilement pour de longues heures d'observation, et son père aurait apprécié qu'elle utilise son temps de manière moins dangereuse, par exemple en apprenant avec lui tout ce qu'elle avait besoin de savoir pour un jour reprendre le salon de thé familiale. Mais si Tao appréciait à sa juste valeur l'art de la préparation du thé, elle n'avait pas envie de commercer. Elle voulait voyager.

Elle avait dix ans lorsqu'elle se rendit compte que les sentiments d'Hana envers son père allaient au delà de l'amitié. Si à l'époque elle ne comprenait pas la portée de tels sentiments, elle voyait bien les regards emplis de tristesse que l'infirmière jetait souvent à son père et les soupires de dépit qui lui échappaient lorsqu'elle pensait que personne ne l'écoutait. Elle savait que son père avait du mal, même tant d'années après, à se remettre de la mort de sa femme, mais dans son innocence elle était convaincue qu'il serait plus heureux avec une amoureuse. C'est ainsi qu'elle mit au point la plus grande entreprise de sa jeune existence : Réunir deux personnes faites l'une pour l'autre. Tao n'était pas dérangée par l'idée qu'Hana puisse devenir sa nouvelle maman, puisqu'elle avait plus ou moins tenu officieusement ce rôle pendant des années.

Tandis que son père s'occupait du salon de thé, elle resta exceptionnellement chez elle, sacrifiant son après-midi d'exploration forestière pour préparer un repas romantique. Du haut de ses dix ans, il va s'en dire que le résultat ne fut pas franchement appétissant et que la cuisine n'en ressortit pas indemne, mais heureusement elle avait opté pour un repas froid, ne sachant pas faire fonctionner la gazinière. Elle découpa du papier pour en faire des cœurs et en disposa partout sur la table et ramena la salade préparée avec peine sur la table peu de temps avant que son père ne rentre du travail. C'est là que les choses se corsèrent. Car tout le monde sait qu'un dîner romantique ne serait pas romantique sans une chandelle.

C'est avec la plus grande application du monde que la fillette tenta donc d'allumer des bougies. Entassant les chaises, elle réussit à atteindre les allumettes que son père cachait à priori hors de portée de sa fille, ainsi que deux bougies en cire d'abeille. Ignorant qu'il lui fallait un bougeoir, elle déposa les deux chandelles sur la table en équilibre et entreprit de les allumer. Alors qu'elle s'en retournait pour ranger les allumettes, l'une des bougies tomba et embrasa la nappe avant qu'elle ne s'en rende compte. Lorsqu'elle revint dans la salle à manger, il était déjà trop tard. Le plancher prenait feu. Paniquée, l'enfant se précipita vers l'extérieur de la maison en criant, rameutant ses voisins alors que la maison de bois s'embrasait de plus en plus.

Il fallut un moment pour maîtriser l'incendie. Lorsque l'on y parvint enfin, il ne restait plus de la maison qu'une charpente noircie et quelques  planches a moitié brûlées. Tao, en larmes, se confondait en excuses tandis qu'elle se faisait copieusement gronder par son père pour avoir joué avec le feu sans surveillance. Tao était trop mortifiée par les conséquence de son plan géniale pour essayer de se défendre, d'autant qu'elle était clairement fautive. Heureusement, Hana proposa de les héberger le temps de faire réparer la maison, et Akela se vit contraint d'accepter la proposition. C'est ainsi que, sans même pouvoir faire leurs valises puisqu'ils n'avaient plus d'affaires, le père et la fille s'installèrent chez l'infirmière pour une durée encore indéterminée.

Après l'incendie, Tao devint extrêmement craintive envers le feu, et il lui fallut des années avant ne serai-ce qu'oser toucher à une allumette. Mais si le plan de la fillette ne s'était pas déroulé comme elle l'avait souhaité, il eut néanmoins l'effet escompté puisque cet emménagement plus ou moins forcé rapprocha encore Akela et Hana, jusqu'à-ce que cette dernière, n'y tenant plus, avoue enfin ses sentiments au père de Tao. Le déménagement devint ainsi définitif lors qu'Akela épousa Hana, cette dernière devenant officiellement la belle-mère de Tao.

*****

Époque deux – Le tour des îles

Les années passant encore, Tao voyait sans cesse grandir son envie de voyager à travers le monde pour le découvrir. Elle aimait son père et sa belle-mère, là n'était pas le souci, mais elle voulait mener sa propre vie, apprendre du monde... Son père était réticent à cette idée. Akela tenait à sa fille comme à la prunelle de ses yeux, et ses escapades de plus en plus longues hors de Konikoni ne cessaient de l'inquiéter toujours davantage. Hana, qui avait vu grandir l'enfant et s'était attachée à elle comme à sa propre fille, n'était pas d'accord avec son mari. Elle souhaitait encourager Tao à faire ses expériences et à expérimenter ses propres épreuves pour en ressortir plus forte. Face à l'alliance des deux femmes de sa vie, Akela ne put que se résigner et finit par accepter, le cœur lourd d'angoisses, que sa fille entame son tour des îles à l'âge de 13 ans et devienne une dresseuse à part entière.

Akela emmena, avec réticence, sa fille pour qu'elle rencontre Alyxia, la doyenne d'Akala. Cette rencontre, Tao devait s'en souvenir toute sa vie. Alyxia était une femme impressionnante aux yeux de la toute jeune adolescente, qui la jaugea avec autant de sévérité que de gentillesse. Elle lui accorda finalement le droit d'obtenir son premier pokémon et de partir pour son tour des îles, lui donnant le choix entre les trois compagnons traditionnels des nouveaux dresseurs des îles d'Alola : Brindibou, Flamiaou et Otaquin. La simple idée d'un pokémon feu la faisant frémir de peur, et suivant son attirance naturelle pour les grandes forêts sombres et luxuriantes, elle porta son choix sur Brindibou.

S'agenouillant, Tao fit sortir son tout nouveau pokémon de la ball que lui avait confiée la doyenne. Les deux s'examinèrent longuement, s'apprivoisèrent mutuellement, se découvrant... Bientôt, le Brindibou sautilla pour rejoindre les bras et les genoux de sa nouvelle dresseuse, et l'adolescente lui murmura son nouveau nom à l'oreille.

« Robin... »

Une trille joyeuse lui répondit, et elle sut qu'elle avait fait le bon choix.

La soirée fut consacrée aux au-revoir. Il y eut moult embrassades et conseils, et plusieurs fois l'adolescente crut que son père ne voudrait jamais la lâcher tant il la serrait, mais finalement, après une nuit d'un sommeil agité et encore des embrassades et des conseils, elle finit par s'éloigner en suivant la route, son Brindibou bien en sécurité dans sa pokéball.

Les débuts de son voyage ne furent pas des plus simples, mais peu à peu Tao s'habituait à la dureté de ses nouvelles conditions de vie. Elle marchait énormément, découvrait sans cesse de nouveaux paysages tous plus beaux les uns que les autres, et bien sur elle découvrait les épreuves de son île. Chacune d'entres elle était l'occasion d'aiguiser son esprit autant que son corps et de développer sa complicité avec son Brindibou, auquel elle s'attachait rapidement. Au bout de quelques jours, elle ne le faisait presque plus rentrer dans sa pokéball, excepté pour la nuit. Robin volait non loin d'elle, ou jouait les éclaireurs, et se posait sur son épaule le reste du temps. Souvent, entre deux épreuves, elle s'égarait volontairement pour le simple plaisir de profiter de la solitude des bois et des zones non habitées d'Akala. Elle aimait dormir à la belle étoile et ne se pressait pas plus que ça, réalisant enfin ses rêves de voyages.

Elle n'avait pas quitté Akala qu'elle avait déjà capturé ses deuxième et troisième pokémons. Elle venait de terminer l'épreuve de la jungle de Sombrefeuille. Tao avait bien cru que Robin ne parviendrait pas à battre la Floramantis dominante, mais la difficulté et le danger semblait avoir poussé le Brindibou dans ses derniers retranchements, le poussant à se surpasser pour triompher. Alors, l'adolescente avait assisté à sa première évolution de pokémon. Robin avait gagné sous ses yeux en puissance et en taille, la laissant sans voix, et il avait réussi à défaire la Floramantis agressive. Blessé cependant, il s'était écroulé sur l'humus de la jungle et Tao s'était précipité pour lui venir en aide et le soigner du mieux qu'elle le pouvait. Elle jugea plus prudent de prendre du repos avant de poursuivre son voyage, et elle fit réintégrer sa pokéball à Robin avant de trouver un endroit pour dormir avant de rallier le centre pokémon le plus proche. A présent que la Floramantis dominante avait été battue, le calme s'était momentanément installé dans les lieux et elle put trouver quelque repos, jusqu'à même s'endormir. Si bien d'ailleurs que l'adolescente ne se réveilla que lorsqu'elle sentit une légère pression sur son bras.

Le regard encoure embrouillé par le sommeil, elle entrouvrit les yeux pour découvrir un Mimantis en train de grimper sur son bras. Si son premier réflexe fut de se lever pour le faire descendre, elle se retint de justesse pour laisser la petite créature arriver au terme de son ascension. Bientôt, le petit pokémon se hissait sur sa poitrine et levait les bras en l'air en signe de victoire, arrachant un petit sourire à la dresseuse. S'efforçant de bouger le plus doucement possible pour ne pas effrayer le Mimantis, elle glissa sa main dans sa sacoche de voyage et en tira quelques baies. Puis, toujours avec les gestes les plus précautionneux du monde, elle leva le bras pour le ramener au niveau du pokémon sauvage, la paume bien à plat pour lui présenter les baies. Le mimantis se tourna d'un coup pour examiner les baies. Plusieurs secondes passèrent, puis une minute... Tao respirait doucement, tendue à souhait... Lorsque finalement la petite patte du pokémon se tendit et qu'il se saisit des baies pour en faire un festin. C'est alors que l'adolescente activa la pokéball qu'elle tenait prête dans son autre main.

Le Mimantis, qui était en réalité une femelle, se laissa capturer sans faire d'histoire. Quittant la jungle sombrefeuille, Tao emmena ses deux pokémons au centre le plus proche pour apporter les soins nécessaires à Robin, puis elle prit une bonne journée au Ranch Ohana pour laisser l'Efflèche se détendre tandis qu'elle faisait connaissance avec la Mimantis. Elle profita de ce temps pour lui trouver un nom, mais la petite se montra très exigent, et ce ne fut qu'au bout de la dixième tentative qu'elle accepta enfin un patronyme :  Lilie.

Elle rencontra son troisième pokémon aux abords de la Colline Clapotis. Ayant laissés Lilie et Robin libres de leurs mouvements pour qu'ils puissent développer des relations amicales, les deux s'étaient lancés dans un jeux de trap-trap qui les accaparaient tant que Tao, le sourire aux lèvres, avait accepté de retarder un peu son épreuve pour leur laisser le temps de s'amuser. Elle en profita pour sortir quelque chose à grignoter et prendre elle-même un peu de repos. Observant distraitement ses amis qui jouaient, elle finit par se rendre compte qu'un autre pokémon s'était joint à la partie. Une petite créature en forme de champignon luminescent rose pâle qui se déplaçait sur trois petites racines. Elle n'en avait encore jamais vu de semblable, Redoublant d'attention, elle laissa ses pokémons apprivoiser indirectement le nouveau venu jusqu'à-ce qu'il fut assez près pour qu'elle puisse le capturer. Pris par surprise, le champignon étrange ne put échapper à la pokéball

A nouveau, Tao différa son épreuve le temps de faire connaissance avec son nouveau pokémon. Le petit mâle était d'un caractère tranquille, très peu farouche, d'une bonne humeur facile et accommodant. Il accepta sans rechigner le premier nom que lui proposa l'adolescente : Syllus, s'attirant ainsi un regard mi-amusé mi-moqueur de Lilie.

Après l'épreuve de la Colline Clapotis, elle réalisa à quel point il était difficile de s'occuper de trois pokémons à la fois. Les nourrir, jouer avec eux, devenir amie avec eux, tout cela lui prenait un temps fou mais n'était pas perdu. Elle y prenait un réel plaisir, mais de tout son tour des îles elle ne chercha pas à capturer d'autre pokémon. Ses amis évoluèrent, gagnant en expérience, et lorsqu'elle quitta Akala pour découvrir les trois autres îles d'Alola, elle avait déjà acquis beaucoup d'expérience et de maturité.

Mele-Mele, Ula-Ula, Poni... Au totale, elle mit un an à effectuer son tour des îles. Prenant son temps, voyageant et découvrant, nouant des liens toujours plus étroits avec ses amis, elle passa les épreuves des différentes îles. Celle qui lui fut le plus difficile pour elle fut l'épreuve du Parc Volcanique. Si cette épreuve se situait sur son île natale, elle était encore trop effrayée à cause de l'incendie qu'elle avait provoqué étant enfant, et ses pokémons étant tous de type plante elle craignait qu'ils ne fussent blessés. Elle repoussa cette épreuve au tout dernier moment, au point que lorsqu'elle se présenta à l'entrée du parc volcanique, Robin était devenu un majestueux Archéduc, Lilie avait également évoluée en une superbe Floramantis, et même Syllus avait grandit, atteignant la forme d'un joyeux Lampignon.

Pour Tao, cette épreuve fut un véritable exorcisme de ses peurs d'enfant. Voyant ses pokémons, tous des plantes, faire face au danger pour la pousser à avancer, et ce malgré la peur qui lui nouait les entrailles, elle retrouva son propre courage et sa confiance en elle, d'autant plus que les trois amis triomphèrent finalement du pokémon dominant du parc. Elle en versa ces larmes de soulagement en voyant que tout le monde s'en était bien sorti, et s'isola plusieurs jours avec ses amis pour réaliser pleinement que tout le monde s'en était sorti indemne.

Lorsqu'elle reprit enfin le chemin de Konikoni, après toute une année d'absence, elle avait beaucoup changé.

*****

Époque trois – Voyages

Les retrouvailles furent fortes en émotions. Tao présenta ses pokémons à son père et à sa belle mère, et tout le monde se réunit à la maison pour un thé et une grande conversation. Akela et Hana étaient impatients de savoir ce qu'avait vécu Tao pendant son année d'absence, et elle leur raconta par le menu ses rencontres, ses expériences, les lieux qu'elle avait découverts, les jungles qu'elle avait pris un plaisir particulier à explorer. Lorsque l'adolescente demanda à son tour à ses parents ce qu'ils avaient vécu de beau pendant son absence, Akela et Hana échangèrent un regard. Tao décela dans les yeux de son père une vive inquiétude autant qu'un timide bonheur, et elle en fut interpellée. Qu'est-ce qui pouvait provoquer chez lui des sentiments aussi contradictoires ?

Finalement, ce fut Hana qui répondit à la question muette de la demoiselle.

« Je suis enceinte, depuis deux mois... »

Le sourire de l'infirmière était timide, mais pas celui qui étira les lèvres de Tao. Transportée de joie à l'idée que le couple formé par son père et sa belle mère se révélât aussi stable, elle dut se retenir de ne pas leur sauter dessus pour de bruyantes effusions d'affection. Pour l'occasion, elle fit même sortir à son père les réserves de leur meilleur thé, et ils parlèrent jusque tard dans la nuit avant qu'Hana, se déclarant fatiguée, n'aille se coucher. Alors seulement la façade souriante d'Akela s'effrita et Tao put apercevoir à quel point il était en détresse.

Sa précédente femme était morte de sa grossesse, il était normal qu'il ait peur pour la nouvelle... Perdant son propre sourire, l'adolescente vint prendre son père dans ses bras et le serra fort dans l'espoir de lui communiquer un peu de la force qu'elle avait acquise lors de son voyage. Elle avait exorcisé sa peur du feu avec l'épreuve du parc volcanique... Peut-être que pour son père, l'exorcisme de ses propres craintes passerait par la grossesse de sa femme.

« Tu te souviens, quand j'avais dix ans ? J'ai mis le feu à la maison...
- Oui, et tu n'as plus jamais osé toucher une allumette. Tu avais même peur du feu de cheminée. »

Akela eut un pauvre rire.

« J'ai tellement peur qu'il ne lui arrive la même chose qu'à ta mère... »

L'adolescente serra son père de plus belle, déterminée à le soutenir, à lui redonner courage et espoir.

« L'une des épreuves que j'ai du passer se déroulait au sommet du volcan... Et je l'ai réussie. »

Elle recula un peu, les mains posées sur les épaules de son père pour le regarder dans les yeux. Dans les yeux couleur chlorophylle de Tao, l'on pouvait lire à quel point elle était touchée par la détresse de son père. Elle étira ses lèvres en un mince sourire.

« Je sais que ce sont deux échelles totalement différentes, mais Hana est en bonne santé, il n'y a aucune raison que sa grossesse se déroule mal... Elle donnera naissance à votre enfant, et vous formerez la famille la plus heureuse du monde. »

Enfin, un sourire sincère, aussi timide soit-il, apparut sur le visage d'Akela. Soulagée d'avoir apporté quelque encouragement à son père, Tao le serra à nouveau dans ses bras, appréciant de le sentir plus détendu. Tout se passerait bien. Et lorsque leur enfant naîtrait, il serait enfin libéré de ses peurs, tout comme elle.

« C'est fou ce que tu as grandit, en un an...
- Hey, les voyages forment la jeunesse, tout le monde le sait ! »

Ils rirent tous les deux, puis ils échangèrent encore quelques phrases avant de se diriger chacun vers sa chambre pour un repos bien mérité. Le lendemain, Tao annonçait à son père et à sa belle-mère qu'elle s'en allait découvrir les autres contrées du monde. Une année de voyage n'avait fait qu'aiguiser son appétit, et elle ne s'imaginait pas encore se poser quelque part pour vivre une petite vie tranquille. Cette fois, Akela ne tenta pas d'en dissuader sa fille. Peut-être, au vue de la conversation qu'ils avaient eu la veille, s'était-il rendu compte qu'il pouvait lui faire confiance pour prendre les bonnes décisions... Elle resta une semaine au sein de sa famille, puis elle prit un bateau en direction de Kanto pour ce qui devait s'avérer un véritable tour du monde.

Elle ne s'arrêta jamais. Kanto, Johto, Hoenn, Sinnoh, Unys, Kalos...  Elle voyagea par monts et par vaux, sans pour autant s'intéresser à battre les ligues. Elle découvrait le système des arènes en cours dans les autres régions, et si le système la dépaysa tout d'abord elle le trouva intéressant, s'amusant même à défier les champions des villes dans lesquelles elle passait, plus par jeu que par réelle volonté de devenir un quelconque maître de ligue. Elle avait déjà fait ses preuves chez elle, et elle ne voulait de toute les manières pas être confinée au sommet d'une quelconque montagne à attendre de voir défiler des adolescents avides de faire leurs preuves.

C'est à Hoenn que Tao rencontra et captura son dernier pokémon. Elle s'était écarté de la route et s'était enfoncée dans les bois quand elle avait entendu des bruits de combats. Curieuse, elle s'était approché pour découvrir un dresseur donnant des ordres à son racaillou, visiblement plongé dans l'ivresse des combats. Se rapprochant encore, l'adolescente avait découvert avec horreur que le crétin s'acharnait sur un pokémon visiblement déjà ammoché, tellement affaibli qu'il ne pouvait émettre qu'une série de couinements pitoyables. Scandalisée, Tao se jeta entre le Racaillou et sa victime sans réfléchir.

« Ca suff...! »

Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase que le racaillou assénait un nouveau coup. Le souffle coupé, Tao s'écroula contre un arbre non loin. Elle plaqua ses mains sur son ventre douloureux, inquiétée par un craquement sonore qui avait résonné dans le sous-bois lorsque la main de pierre du pokémon s'était abbatue sur elle.

« Mais ça va pas non ! Qu'est-ce que tu fous là ? »

Grimaçant, l'adolescente porta une main tremblante à la pokéball contenant son Archéduc pour le libérer. D'un battement d'ailes, Robin s'interposa à son tour entre les deux pokémons, tandis que sa maîtresse toussait un peu derrière lui.

« Elle est bien assez faible... pour être capturée... Pas besoin de la... tabasser plus que ça... »

Visiblement l'intervention de Tao n'avait pas plu au jeune dresseur, puisqu'il serrait les dents et grognait de manière parfaitement audible. L'imbécile brandit le doigt vers Robin en ordonnant à son Racaillou d'attaquer, mais l'oiseau évita aisément son attaque avant de le repousser d'un grand courant d'air provoqué par ses ailes. Les plumes volèrent en tout sens suivant le courant, harcelant le Racaillou jusqu'à-ce que son propriétaire ne fut obligé de lui faire réintégrer sa pokéball dans un pure cri de frustration.

« Je te jures que si on se recroise, j'te fais ta fête 'spèce de tarée ! »

Tao répondit à la provocation d'un sourire moqueur avant de tomber sur les genoux tandis que le gamin s'éloignait en courant. Toussant à nouveau, une douleur atroce lui déchira la poitrine et elle vit quelques gouttes de sang tomber sur les feuilles mortes. Le Racaillou l'avait sérieusement blessée... Elle n'était pas faite pour se battre au corps à corps avec des gros tas de pierres.

« Robin... viens... m'aider... »

Elle devait faire en sorte de pouvoir soigner le chlorobulle, sinon son intervention n'aurait servi à rien. La main tremblante, elle sortit une pokéball vide tandis que son Archéduc venait se glisser sous son autre bras pour la soutenir et l'aider à s'approcher du pokémon en détresse. Elle le captura rapidement, et la pauvre créature était si affaiblie qu'elle ne tenta même pas de sortir de sa ball.

La douleur dans sa poitrine devenait de plus en plus insupportable, et ce fut un véritable calvaire pour grimper sur le dos de Robin. S'accrochant tant bien que mal, elle ne put que lui chuchoter quelques mots à l'oreille avant de s'évanouir.

« Hôpital... »

L'Archéduc s'envola aussi vite que son fardeau le lui permettait, s'efforçant de ne pas aggraver le cas de sa maîtresse pendant le trajet qui la mènerait au centre de soins.

Lorsqu'elle reprit enfin conscience, elle était allongée sur un lit d'hôpital, la poitrine bandée solidement pour maintenir ses côtes en place. Elle entendait les bips caractéristiques du matériel de contrôle médicale. Le blanc lui agressait les yeux, et elle dut s'y reprendre à plusieurs fois avant de pouvoir les ouvrir et examiner son environnement.

Devant elle, contre un écran rétroéclairé, elle voyait les radios de sa propre cage thoracique. Elle apprit ainsi qu'elle avait deux côtes fracturées. Et elle devinait à quel point elle avait eu de la chance... Puis elle se souvint de ce qui l'avait conduite dans cette chambre d'hopital et elle se redressa en portant la main à ses cotés, là où elle gardait habituellement son sac de voyage. La douleur fut fulgurante et elle retomba allongée dans un cri, faisant s'emballer les capteurs. Un infirmier fut à son chevet en un rien de temps, une seringue d'antidouleur à la main.

« Vous ne devriez pas bouger, vous êtes sérieusement touchée.
- Mes pokémons... comment vont-ils..? Aïe..! »

L'aiguille s'était enfoncé dans le creux de son bras, lui arrachant une légère grimace. Elle ne s'amusa pourtant pas à protester, car le produit faisait son effet et que la douleur de ses côtes reflua à un niveau plus supportable.

« Ils vont bien. Votre Archeduc a réintégré sa pokéball, et nous avons confié le tout au centre pokémon juste à coté. Tâchez de vous reposer à présent, vous avez de sérieuse lésions aux côtes et vous allez avoir besoin de toute votre énergie.
- Très bien... »

L'antidouleur l'assommait déjà, et savoir ses amis en sécurité la rassurait. Sa dernière pensée avant de sombrer fut qu'elle allait avoir un nouveau pokémon à sa charge, et qu'elle allait devoir lui trouver un nom...

Elle quitta l'hopital un mois plus tard, la poitrine encore sévèrement bandée et soutenue d'un corset médicale pour maintenir soigneusement les os en place. Ses pokémons lui avaient étés rendus plusieurs semaines plus tôt, et elle avait occupées les longues heures vides de ses journées de convalescence à faire connaissance avec son nouveau pokémon, une petite chlorobulle extrêmement craintive. Tao avait eu beaucoup de mal à la mettre en confiance, mais elle y était finalement arrivée avec l'aide de Robin, Lilie et Syllus. La petite dernière avait écopé du surnom de Liyu, et avait finit par rejoindre l'équipe de l'adolescente.

Morale de cette histoire, un Racaillou ça cogne quand-même vachement fort.

Les voyages et les années passaient, et plus elle découvrait et redécouvrait, plus la désormais jeune femme songeait à se poser quelque part. C'était sans compter les rumeurs qu'elle entendait de plus en plus souvent au sujet d'une région méconnue qui gagnait peu à peu en notoriété...

*****

Époque quatre – Nathyria

Tao avait entendu beaucoup de rumeurs sur cette région obscure, jusqu'ici jugée inintéressante par ses voisines. Mais depuis quelques années déjà la région faisait parler d'elle, et la dresseuse ne voulait pas rater la moindre parcelle de territoire, aussi avait-elle finalement décidé de s'y rendre après avoir exploré de fond en comble les autres régions connues.

Elle posa son premier pied à Nathyria par un beau jour... de pluie, et entreprit de se renseigner auprès des locaux sur les choses intéressantes à voir dans ce tout nouveau territoire. Elle finit par se procurer une carte à l'office du tourisme et quitta la ville pour rejoindre les routes, ses affaires de voyage sur le dos et ses pokéballes à la ceinture. Tout ce dont elle avait besoin. Après sa première journée de voyage, elle décida de passer sa première nuit à la belle étoile sous ce tout nouveau ciel et fit sortir ses pokémons afin qu'ils se dégourdissent les jambes. La Chlorobulle était devenue une Fragilady à présent, et si elle n'était pas encore la plus assurée du monde elle avait réussi à combattre ses craintes pour se montrer plus sure d'elle, rendant Tao très fière. Elle ne regrettait pas de lui être venu en aide.

Ils s'installèrent au creux d'une clairière pour la nuit, proche d'un ruisseau. Se servant de son sac de voyage comme oreiller, elle savait qu'elle pouvait compter sur ses compagnons pour lui tenir chaud pendant la nuit, en particulier sur Robin et Liyu, son premier pokémon et celle qui lui devait le plus. Se blotissant au creux de leurs ailes et de leurs feuilles, elle sombra dans un sommeil peuplé de songes étranges. Quelle ne fut pas sa surprise, au matin, de trouver un jeune homme nu à ses cotés !

Poussant un véritable cri de surprise, réveillant probablement tout âme vivante sur un bon 500m à la ronde, elle se leva dans un bond en cherchant ses pokémons des yeux. Elle voyait Liyu, Lilie et Syllus... Mais Robin semblait avoir disparu au profit de l'homme brun qui se réveillait, visiblement plongé en pleine confusion. Si la nudité ne semblait pas le gêner outre mesure, il semblait surpris en se regardant, comme si il y avait un souci.

Il s'avérait que les rumeurs que Tao avait entendues au sujet de Nathyria... Étaient belle et bien fondées. Robin venait d'en faire les frais. Répondant à la voix d'Humioka, il avait acquis une apparence humaine. Troublée, Tao ne savait plus ce qu'elle devait faire avec lui. Le garder dans sa pokéball, comme les autres ? Le laisser dehors, au risque de faire des jaloux ? Elle ne s'imaginait pas garder un humain enfermé dans une pokéball, ce qui lui fit également se poser énormément de questions sur le droit qu'elle avait à garder ses amis dans leurs balls. Finalement, Robin décida d'arranger le problème en reprenant sa forme d'Archéduc... Mais le mal était fait. Tao n'avait pas le cœur à le forcer à conserver sa forme de pokémon s'il n'en avait pas envie, et s'il affirmait que cela ne le dérangeait pas, elle essayait de lui fournir des occasions tout de même d'expérimenter son nouveau corps.

Tao voyagea encore quelques temps à la découverte de Nathyria, mais de plus en plus l'envie de se poser venait chatouiller ses pensées. Souvent, elle se prenait à réfléchir à ce qu'elle pourrait bien faire de sa vie, et elle n'avait que deux idées qui lui venaient en tête. Que savait-elle faire ? Préparer du thé... Et se battre avec ses pokémons. Mais devenir un dresseur professionnel... Pourquoi pas un maître d'arène ? La ligue se développait à peine ici, à Nathyria, elle avait tout à fait moyen de se faire sa petite place en tant que maître des plantes, d'autant que tous ses pokémons étaient de cet élément. Avec l'expérience acquise au fil de ses interminables voyages, elle finit par creuser son nid dans la ville de Nacrate, qui avait l'indéniable qualité de se situer aux abords d'une forêt, ce qui lui promettait encore de belles balades... Désormais gardienne de l'arène plante, elle essaye de se familiariser avec les caractéristiques si particulières de la région de Nathyria, et si pour l'instant un seul de ses pokémons n'a été touché par le chant d'Humioka, il n'est pas exclus que d'autres en soient ''victimes'' plus tard...

 

  PRÉNOM OU PSEUDO : Tao '-'
  AGE DU JOUEUR : 24 ans, bientôt 25... Ca passe tellement vite uu'
  COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? Je suis un DC, donc CF. La fiche de Sonia.
  COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? Blanc '-'
  PRÉSENCE SUR LE FORUM : Ca dépend des périodes, j'essaye d'être active tout de même.
  CODE : Nathyria Humioka


Dernière édition par Tao Soann le Dim 3 Sep - 3:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyle Hawkins
Bras Droit Sonik
avatar

Carte d'identité
Grade: Dresseur Élite
Level:
30/60  (30/60)
Équipe:

MessageSujet: Re: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Dim 3 Sep - 0:35

Rebienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
Tao Soann

avatar

MessageSujet: Re: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Dim 3 Sep - 0:59

Merci ^^
Revenir en haut Aller en bas
Tao Soann

avatar

MessageSujet: Re: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Dim 3 Sep - 3:19

Blup, petit double poste pour signaler que ma fiche est terminée !
Revenir en haut Aller en bas
Shina

avatar

Carte d'identité
Grade:
Level:
6/100  (6/100)
Équipe:

MessageSujet: Re: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Dim 3 Sep - 9:24

re-bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Zava

avatar

Carte d'identité
Grade:
Level:
1/1  (1/1)
Équipe:

MessageSujet: Re: Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]   Dim 3 Sep - 15:26

Wow, wow, et wow. D'énooooormes efforts pour l'histoire, ça fait clairement plaisir.
Tu as ma validation illico presto.

Amuse toi bien^^

Revenir en haut Aller en bas
 

Tao, championne de type plante... Because fouet liane is da best [Finit]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel est le meilleur pokémon plante selon vous ?
» [Dossier] PU : Les Bulky Plante !
» [ORAS Monotype Vol] Tempête Infernale
» Duel schyzophrène [Light VS Shane]
» Meilleurs double type

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poke-Humioka :: Partie Administrative :: Présentations :: Présentations Validées :: Champions et ligue-