Poke-Humioka

Forum hentai/yaoi/yuri sur le thème de pokémon ! NC-18ans
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une drôle de dresseuse...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lara

avatar

MessageSujet: Une drôle de dresseuse...   Ven 13 Oct - 18:16

© Arrogant Mischief sur Never Utopia
Lara

    « Petite citation »


    
      

   SURNOM : Lara
   AGE : 20 ans
   SEXE : Fille
   NATIONALITÉ : Jotho
   ORIENTATION : Les hommes, mais bon... Tout peut aller.
   ORIGINE : Google Images
   MÉTIER Dresseuse
   ÉQUIPE: Surnom : Shiki
Race : Togepi
Level : 1

Surnom : Tamtam
Race : Rondoudou
Level : 1

Surnom : Pussy
Race : Posipi
Level : 1

Surnom : Tyny
Race : Negapi
Level : 1
   DOUBLE COMPTE ? OUI, Airy et Aki
      

      
    

MA MENTALITÉ

    
Les gens qui ne me connaissent pas me décrivent comme une personne hautaine, imbue d'elle-même. Ils vous diront sans aucun doute que j'ignore ceux qui m'entourent, et que je suis une personne froid et distante. Je pense qu'il y a aussi des personnes qui vous raconteront quelques anecdotes, comme quoi ils m'ont complimentée mais que je ne leur avais adressé aucun regard, aucune parole. Eh bien, si vous venez me voir, c'est exactement ce que vous verrez. Une fille qui ne sourit pas, ou très peu, et qui a la faculté de vous zapper comme si vous n'existiez pas. Fascinant, n'est-ce-pas, de pouvoir faire sa vie sans se soucier de ce qui nous entoure. Pourtant, ces personnes qui parlent de moi ainsi... Se trompent.

Je ne les ignore pas. En réalité, si je ne regarde pas les gens qui viennent m'aborder, si je ne les calcule pas, ce n'est pas parce que je les snobe, ou parce que je me sens supérieure à eux. C'est une triste réalité, mais si je ne les écoute pas, ce n'est pas parce que je ne VEUX pas. C'est parce que je ne PEUX pas. J'aimerais bien, moi aussi, pouvoir entendre ce qui se raconte. J'aimerais bien, moi aussi, entendre les Roucools chanter, et entendre ce que disent mes adversaires de combat. Croyez-moi, j'aimerais tellement être normale. Mais ce n'est pas possible, et ma surdité fait de moi une personne qu'on juge assez rapidement comme étant hautaine, froide, et on ne m'apprécie pas. C'est dommage.

Mais si on écoute mes pokemons, eux savent qui je suis. Ils savent qu'au fond, je suis gentille, malgré l'absence de sourire. Ils savent que j'aime regarder les combats, même si je n'entends pas les paroles. Ils savent que je suis ambitieuse, et que je me donne les moyens d'arriver à mes fins. Tous savent que je suis têtue, bornée, et que rien ne me fera lâcher prise. Je ne suis pas le genre de filles qu'on attire dans un coin pour la violer. J'ai beau ne pas pouvoir hurler, je sais me défendre. Je suis forte, même si on ne dirait pas. En somme, je suis une personne qu'on apprécie quand on la connait, qu'on déteste quand on apprend pas à connaître, et tout simplement une battante. Je me bats contre ce qui me rend vulnérable.

Je me bats pour mes amis, je me bats pour la justice. La surdité ne m'a pas appris à emettre des sons avec ma bouche, mais malgré ça, je sais me faire comprendre. Souvent, en combat, on me juge faible parce que je ne peux pas parler, et donc je ne peux pas donner d'ordres à mes pokemons. S'ils savaient que j'en ai pas besoin, ils rigoleraient. Mais non, je n'ai pas besoin de parler pour que mes pokemons sachent ce que j'attends d'eux. On a notre propre communication.

Bref, je suis une jeune fille presque normale.

    
MON HISTOIRE

    
Le long trajet d'une larme. D'abord une formation de liquide dans le coin des yeux, jusqu'à ce que ça déborde. Puis la goutte salée roule, lentement, laissant derrière elle une longue traînée humide. Elle épouse les formes de l'épiderme de la jeune femme, descendant lentement mais sûrement vers le menton. Elle roule, toujours plus bas, et toujours aussi lente. Puis elle arrive à la pointe du menton, suspendue telle une araignée à sa toile. Le vide en dessous n'est, vu de loin, pas bien haut. Mais vu par une larme, c'est un précipice. Elle se balance quelques secondes au bout de cette fin de visage, avant qu'un geste ne la déloge de sa position. Alors elle tombe, accélérant, dans ce vide infini, jusqu'à rejoindre autre chose de dur. Et de s'écraser lamentablement sur le tissu d'une chemise de nuit. Avec un logo hospitalier dessus.

***
Elle ne parlera jamais. Quelle dure chose à entendre, pour une mère prête à apprendre des mots à sa fille. Elle ne réagit pas à son environnement, ne regarde pas dans les directions où ça fait du bruit. Elle semble coupée du monde. Ailleurs, dans son propre monde. Bien que ses yeux découvrent son environnement, l'enfant ne suit pas des yeux ce qui fait du bruit. Elle n'entend pas sur prénom, elle ne comprends pas ce qu'ils font, avec ce qu'elle pourra un jour désigner comme une bouche. Elle fait elle aussi des sons, mais ceux-ci restent cantonnés à des gazouillis inexplicables. Et elle voit uen chose sur le visage de ses parents, qui semble intriguant. Elle tend ses petites mains, écrase sans peine les larmes qui souillent leurs visages. Peut-être est-ce un message subliminal de leur bébé. Elle est heureuse, elle ne veut pas les voir pleurer.

Elle est en bonne santé, qu'ils disent. Elle va bien, qu'ils rajoutent. Mais se soucient-ils de comment vont les parents ? Non. Tous passent et repassent devant eux, sans les regarder, s'appelant d'un bout à l'autre du couloir. Un regard échangé entre les deux jeunes gens. Ils s'aiment, ils aiment leur petite fille, rien d'autre n'a d'importance. Elle est sourde et muette, mais elle va bien. Ils ont eu mal à l'apprentissage de cette nouvelle, mais elle leur a fait comprendre. Elle ne veut pas qu'ils soient tristes. Elle veut qu'ils soient heureux de sa présence. Alors ils sourient, ils veulent qu'elle ait une belle vie. Ils l'emmènent loin des sons de l'hôpital, loin de tous ces médecins qui les ignorent. Ils s'en vont, ils rentrent chez eux. Et ils gardent le sourire, pour cette petite fille. Ils l'aiment, malgré sa différence. C'est leur fille.

Elle grandit dans une maison où il fait bon vivre. Elle apprend à faire attention aux autres, elle vit entourée d'amour, de joie, et bien qu'elle n'entende pas, elle parle. Elle se fait comprendre, dès ses premiers mois. Elle gazouille, elle tend le doigt, elle tente de crier. Elle sait se faire comprendre, comme j'ai dit. Elle apprendra plus tard à communiquer, laissons-la profiter de ses instants de bébé pour faire ce qu'elle veut de ses parents. Son biberon, ses peluches, et ses parents. Dans sa tête, tout fonctionne ainsi. Ses priorités de bébé, autrement dit. Elle n'avait pas encore conscience de ce qu'elle avait, elle n'était qu'un nourrisson. Ses doigts saisissaient avec joie un jouet ou les doigts de ses parents, point.

Elle grandissait entourée d'amour, elle fit ses premiers pas à sept mois. Elle en alignait deux, pour être précise. Mais ça n'a pas grande importance, elle marchait. Et voilà qu'à deux ans, elle se laissait aller à quelques pas plus rapides. Ce serait une grande coureuse, disaient les proches de la famille. Et justement, elle aimait beaucoup courir partout, profiter de ses instants de liberté pour filer sur le chemin. Heureusement qu'elle était toujours sous étroite surveillance, de ses parents ou de leurs pokemons. Elle ne partait jamais bien loin, il y avait toujours un Evoli ou un Vipelierre ne le rattrape et la ramène à son point de départ. Sapristi, quand est-ce qu'elle serait libre de ses mouvements ? Quand pourrait-elle aller le rejoindre ?

FLASHBACK

Il faisait nuit, elle s'en souvenait comme si c'était hier. Elle n'arrivait pas à dormir, les rayons de la lune qui traversaient son fin rideaux venaient frapper son visage. Elle grigotait dans son lit, se mettant debout, puis assise, ensuite allongée, et recommençant le même manège. Elle avait beau se tourner et se retourner, quand ça veut pas... Bah ça veut pas. Elle tournait le dos à sa fenêtre quand elle avait vu l'ombre s'agrandir. Elle avait fait volte-face aussi rapidement que possible, en se roulant dans son lit. Et là, une grosse boule rose, qu'elle apprendra par la suite être un Rondoudou, se tenait sur sa fenêtre, comme si c'était parfaitement normal. Elle avait tendu la main, ses doigts pointés vers le mystérieux pokemon.

Et alors quelque chose de particulier s'était passé. Le pokemon, pas le moins du monde inquiété par la jeune demoiselle, avait laissé ses pattes le porter jusqu'au lit du bébé, puis il était grimpé dedans pour s'installer avec elle. La serrant dans ses pattes, il avait alors commencé à chanter, utilisant son attaque berceuse pour endormir l'enfant. Le seul point qui reste encore inexpliqué, c'est qu'elle ne s'endormait pas avec la berceuse. En effet, elle était sourde, alors comment pouvait-elle entendre le merveilleux chant du pokemon ? Peut-être était-ce simplement la présence réconfortante de ce pokemon, son pelage soyeux et son bidon tout confortable, finalement. Quoi qu'il en soit, la petite s'endormais sans peine avec lui.

Le corps de la petite se fit lourd, et le pokemon chanta toute la nuit pour la garder endormie. Aux premiers rayons du soleil, il était reparti, non sans chanter, et l'enfant s'était réveillée. Elle s'était agitée, avait secoué la cordelette qui faisait tinter une clochette, signifiant qu'elle était réveillé, et la journée avait commencé. Mais elle voulait retrouver le pokemon de la nuit.

FLASHBACK

Elle voulait alors retourner voir le pokemon. Il venait depuis qu'elle avait un an, toutes les nuits, et il chantait pour qu'elle s'endorme. Elle n'avait personne à qui en parler, pas même un ami. Personne ne pouvait comprendre l'attachement innocent qu'elle avait envers ce pokemon. Finalement, elle grandit avec l'aide de ce pokemon, qui lui apprit, en quelque sorte, ce qu'était d'apprécier quelqu'un de différent de soi. Elle grandissait dans l'espoir de pouvoir un jour retrouver son ami nocturne, qu'elle avait surnommé Tamtam. Mais elle était encore trop petite, du haut de son an et demi, pour partir à l'aventure. Elle n'avait pas le droit, d'autant plus qu'elle n'entendait rien. Elle devrait attendre, elle le savait.

Elle poussait à vue d'oeil, ses premières dents, son premier coiffeur, tout passa à une vitesse folle. Le temps avec un bébé passe sans doute toujours plus vite, et davantage encore quand on a un bébé. La preuve en est qu'elle fêtait déjà ses deux ans, et pourtant, le temps ne semblait pas avoir bougé. Elle avait seulement eu plus de caractère, un sacré caractère d'ailleurs, et elle savait désormais marcher. Et elle commençait même à défier les pokemons à la vitesse. Elle voulait y aller, découvrir le monde dans lequel vivait le Rondoudou. Pourtant, quelque chose vint à rompre un peu ses habitudes, et cela vint de ses parents. Parce qu'il était bien question qu'elle puisse communiquer avec le monde autour d'elle.

Alors un langage codé se mit en place. Elle montrait la paume d'un parent pour dire s'il-te-plaît, elle agitait sa main, paume face à elle, pour remercier, et elle envoyait même des bisous pour démontrer de son affection. Mais elle n'oubliais pas le Rondoudou, qui venait toujours la voir. Elle passa trois ans, jusqu'à ses 5 ans, à apprendre quelques bases avec ses parents, à les utiliser avec les amis de la famille. On dit qu'avec la dextérité, tout vient naturellement, et en effet, elle parlait son langage avec facilité et naturel, depuis qu'elle avait appris à parler. Enfin, parler est aujourd'hui un bien grand mot pour une si petite fille à l'époque. Car après tout, parler ne signifierait-il pas qu'il faille une voix ?

Finalement, quand ses cinq ans arrivèrent, elle fut la petite fille la plus heureuse du monde. Non seulement, elle fut gâtée par ses parents, mais en plus de ça, elle eut une visite inattendue. Elle était en train de commencer à souffler ses bougies quand elle le vit. Son ami nocturne. Elle avait arrêté ce qu'elle s'apprêtait à faire, et finalement, Tamtam se joignit à eux. Et c'est alors à cet instant que l'adorable enfant et le drôle de pokemon se lièrent réellement d'une grande amitié. Ils ne se quittèrent pas de la journée, l'enfant avait un sourire jusqu'aux oreilles, et elle se contentais simplement de montrer sa joie au travers de gestes toujours plus agités, toujours plus importants. C'était son cadeau.

***
Voilà qu'aujourd'hui, elle commençait son entraînement. Elle avait une fiche, soigneusement élaborée avec l'aide de ses parents, où il y avait le nom de l'attaque, et le geste associé. Elles avaient toutes les deux décidé d'apprendre la feuille par cœur, prenant une semaine entière pour tout mémoriser. Finalement c'est le dimanche qu'elles commencèrent la pratique. Contre les arbres, au début, pour ne blesser personne. Boul'armure, Roulade et Torgnoles étaient ses spécialités, car apparemment, c'était un pokemon n'ayant pas encore appris d'attaques plus puissantes. Peut-être venait-il avant endormir l'enfant et en même temps chercher un refuge. Un refuge contre les autres, ou simplement un refuge pour de la tendresse.

Quoi qu'il en soit, le pokemon devait trouver à quoi correspondait chaque attaque, et l'enfant ne devait surtout pas se tromper. Lara connaissait en grande partie les bons gestes, et elle devait faire bien attention à ne pas se tromper dans la façon de le faire. Mais elle s'exerçait seule, et elle retenait la façon de faire bouger ses mains. Telle une pianiste qui retient les mouvements de ses doigts pendant qu'elle créait une symphonie, Lara retenait ses gestes avec une concentration digne d'une chef. C'était une future dresseuse, elle avait tellement vu ses parents faire qu'elle prenait exemple sur eux. Mais la jeune fille et son pokemon étaient encore inexpérimentés, ils avaient un long chemin à parcourir.

Mais ils évoluaient, ensemble, dans la recherche de l'apprentissage. Ils passaient leur temps ensemble, simplement parce que le lien qui les unissait était vraiment quelque chose d’inouï. Elles étaient... Tout simplement inséparables, voire presque complémentaires. C'était d'ailleurs un lien qui impressionnait les parents de la demoiselle. Eux n'avaient jamais vu un tel lien entre un dresseur et son pokemon, pas aussi jeune. Mais plus les semaines passaient, plus ce lien devenait évident, et fort. Lara faisait de son pokemon sa complice, il arrivait même qu'elles s'éloignent dans le fond du jardin pendant des heures, et ne reviennent qu'au coucher du soleil. Elles étaient cachées, on ne les trouvait pas. On n'avait pas peur.

Elles s’entraînaient, tout simplement, loin des regards. Elles donnaient le meilleur d'elles-même, allant toujours au bout de leur entraînement. Finalement, le temps passa, et la jeune fille apprit la dure loi des dresseurs. Comment on attrapait un pokemon. Elle tomba sur un Togepi sauvage dans le fond de son jardin. Elle était seule, son amie était à la traîne. Elle avait vu le pokemon au dernier moment, et celui-ci l'avait attaqué. Elle avait vu l'attaque rugissement se rapprocher très rapidement d'elle, mais ce fut une attaque Boul'armure qui contra de justesse cette attaque. Rondoudou était arrivé juste au bon moment, juste quand il fallait. Ce fut un combat assez compliqué entre les deux pokemons.

Tamtam ne laissait pas le temps à Lara de lui dire quelles attaques faire, elle se donnait à fond. Elle choisissait elle-même, elle y mettait toute son énergie. Elle y allait tant et si bien que le Togepi finit par abandonner. Il voyait bien qu'il avait affaire à un pokemon qui se battrait pour sauver cette petite fille, et au fond peut-être qu'il n'était pas aussi puissant que ça. Quoi qu'il en soit, c'est Tamtam qui le mit K.O. Lara regarda le pokemon, longuement, avant de s'approcher de lui. Puis elle l'attrapa, tranquillement, pour le ramener chez elle. Elle ne tenait pas à le capturer de force, et puis elle était jeune, et elle n'avait pas le matériel pour le capturer. Elle l'emmena donc chez elle, à pieds, presque le traînant au sol.

Elle lui offrit à manger, à boire, elle se comporta comme une amie envers lui. Elle avait les valeurs que ses parents lui avaient inculquées, elle était totalement le genre de fille à prendre soin des autres. Sans jamais avoir de méchanceté, elle leur offrait ce qu'elle pouvait. Amour, nourriture, boisson, elle était le genre d'enfant à être tout simplement adorable. Elle s'en occupa quelques heures, avant que le pokemon lui-même ne décide de refaire un combat. Le premier vrai combat pour Lara et Tamtam. Un combat juste, équitable, avec une vraie équipe contre un pokemon sauvage. Peut-être était-ce le fait qu'elle l'avait bien traîté, quoi qu'il en soit, le Togepi décida de laisser l'enfant gagner.

Il se défendait, mais faisait son maximum pour ne pas trop épuiser le Rondoudou. Et la gamine d'à peine six ans n'y voyait que du feu, elle encourageait son compagnon de combat à se donner à fond. Ah, l'innocence, l'enfance, quelle période tout simplement magique... Bien entendu, la fin avait été choisie par le Togepi. Mais qui sait, il avait aussi pu vouloir tout simplement être capturé, au delà de simplement se laisser faire pour remercier la jeune fille de l'avoir aussi bien traité. Mais nous ne le sauront pas, puisque même aujourd'hui, le pokemon refuse de donner des explications. Bref, continuons notre récit. Le Togepi capturé, l'enfant dût apprendre à s'entraîner avec deux pokemons. Cela lui permit de faire des combats.

Et elle en prit vite le goût. Elle s'entraîna chez elle pendant quatre ans, avant de commencer à partir sur les routes avec son père. Elle allait avec lui en voyage, elle en profitait pour se lier d'amitié avec les jeunes, et surtout elle combattait contre des enfants de son âge. Elle ne gagnait pas toujours, mais elle en ressortait toujours avec une pensée : elle serait meilleure la prochaine fois. Elle ne perdait jamais espoir, jamais elle ne se plaignait d'avoir été battue. Elle était bonne joueuse, et fair-play. Elle rentrait chez elle avec des tas d'histoires à raconter, et elle embellissait les journées de ses parents avec tous ces gestes quand elle racontait ses aventures. Mais un jour, un de ses combats tourna au vinaigre.

Elle avait quinze ans. Elle était en train de se battre contre un autre jeune, qui avait un vipélierre. Elle donnait tout ce qu'elle avait, avec Togepi. Mais, contrairement à ce qui aurait dû se passer, le combat ne se termina pas vraiment. Elle combattait comme elle avait toujours fait, avec tactique et intelligence. Mais des cris aiguës avaient perturbé Shiki. Elle n'avait pas hésité une seconde pour aller vers l'endroit d'où elle entendait les cris. Elle laissa tomber son combat, elle se fichait de perdre. Ses pas la menèrent vers une clairière. En plein milieu, un Posipi et un Négapi étaient en train de se faire – presque littéralement – massacrer par un groupe d'Etourvols. Que des pokemons sauvages.

Elle avait lancé ses deux amis dans la bataille, même si les forces étaient inégales, elle espérait pouvoir tirer d'affaire les deux pauvres pokemons. Et, après que ses deux amis fut été mis K.O par les autres pokémons, elle put enfin aller tirer Posipi et Négapi des serres des oiseaux. Elle les amena à couvert des arbres, elle les cacha durant de longues minutes, jusqu'à ce que les Etourvols soient partis. Alors elle les ramena à leur clairière, ne voulant pas déranger leurs vies déjà construites. Mais ils la suivirent, et c'est d'eux-mêmes qu'ils allèrent dans les pokeballs. Elle eut alors un intense travail, pour pouvoir coordonner leurs attaques, tout en entraînant ses deux autres amis. Mais, au fur et à mesure, elle y parvint.

Ce n'est que lorsqu'elle eut ses 18 ans qu'elle partit sur les routes. Elle prit le chemin de Nathyria, voulant se frotter aux champions d'arène, ou même à d'autres dresseurs. Elle voulait montrer qui elle était, au-delà de son impossibilité à parler.

Et le chant d'Humioka, dans tout ça ? Eh bien, elle a vu les changements de ces pokemons, elle les a soutenus, elle n'a pas tout de suite compris ce qui leur arrivait, mais elle a vu comme c'était compliqué. Alors elle les a soutenus, aidés, comme elle pouvait, dans ce long chemin de la transformation. C'est le rôle d'une dresseuse, non ?

  

   PRÉNOM OU PSEUDO : Maëva
   AGE DU JOUEUR : 18 ans
   COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? DC
   COMMENT TROUVEZ-VOUS LE FORUM ? Classe
   PRÉSENCE SUR LE FORUM : When I can
   CODE : Nathyria Humioka


Dernière édition par Lara le Lun 6 Nov - 18:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Zava

avatar

Carte d'identité
Grade:
Level:
1/1  (1/1)
Équipe:

MessageSujet: Re: Une drôle de dresseuse...   Ven 13 Oct - 19:20

Eh bien c'est complet...

N'oublie pas que pour le moment, seul Tamtam est utilisable vu que tu n'as pas le rang nécessaire pour avoir plus de pokémons.

Mais je valide néanmoins la fiche, c'est intéressant de voir ce que tu vas faire du personnage.

Revenir en haut Aller en bas
Lara

avatar

MessageSujet: Re: Une drôle de dresseuse...   Ven 13 Oct - 21:46

Merciiiii

Oui, je n'oublie pas, je vais de ce pas le préciser dans la fiche de mes pokémons ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lala

avatar

Carte d'identité
Grade:
Level:
1/1  (1/1)
Équipe:

MessageSujet: Re: Une drôle de dresseuse...   Sam 14 Oct - 10:46

Ho une dresseuse de rondoudou, on devrait s'entendre ^o^ Re-Bienvenue en tout cas >o<*câlin*
Revenir en haut Aller en bas
Lara

avatar

MessageSujet: Re: Une drôle de dresseuse...   Sam 14 Oct - 11:43

Merci ma belle !

Ouiiii câliiiiin
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une drôle de dresseuse...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une drôle de dresseuse...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Nessie, la jeune dresseuse caractérielle' ♥. »
» La dresseuse des roches.
» Naegi, dresseuse et amoureuse des Evolis ♥
» Cynthia
» Le QG orque batteul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poke-Humioka :: Partie Administrative :: Présentations :: Présentations Validées :: Dresseur-